FAQ

Toutes les réponses à vos questions

Information du consommateur sur la médiation

L’ordonnance du 20 août 2015 et le décret du 30 octobre 2015 sont venus préciser les modalités de mise en œuvre de la médiation. Il s’agira désormais des articles L. 151-1 à L.156-4 et R. 152-1 à R. 156-2 du Code de la consommation.

La plateforme européenne de règlement en ligne des litiges sera opérationnelle début janvier 2016 et les dispositions des règlements européens à l’origine de sa création entreront en application le 9 janvier 2016.

Comment trouver un médiateur ?

La Commission de la Médiation de Consommation référence sur son site (http://www.mediation-conso.fr/mediateurs_reference.html) les quelques médiateurs qui respectent sa charte de bonnes pratiques.

La liste proposée par l’Institut national de la consommation est plus exhaustive (http://www.conso.net/content/les-mediateurs)

Déroulement du processus de médiation

Le consommateur doit, préalablement à la saisine du médiateur, tenter de résoudre le litige auprès du professionnel, par une réclamation écrite.

Il est possible de prévoir au contrat (CGV ou tout autre document d’informations précontractuelles) des modalités de résolution amiable, en précisant par exemple le service auquel le client doit s’adresser, par quel moyen, le délai dont dispose le service en question pour répondre…

Lorsque le médiateur est saisi, il notifie sa saisine aux parties, en leur rappelant qu’elles peuvent à tout moment se retirer du processus.

L’issue de la médiation doit intervenir dans les 90 jours de cette notification. Ce délai peut toutefois être prolongé en cas de litige complexe.

Le médiateur fait connaitre aux parties la solution proposée par courrier simple ou par voie électronique. Elles sont libres d’accepter ou de refuser sa proposition. La participation à la médiation n’exclut pas la possibilité d’un recours juridictionnel.

Il fixe également un délai d’acceptation ou de refus de sa proposition.

Les parties qui trouvent un accord peuvent le faire homologuer par le juge, afin de le rendre exécutoire.

Arrêt de la diffusion en MPEG 2 prévue en avril 2016

Pourquoi Arrêter la diffusion en MPEG2 (SD) ?

Avec l’arrivée des smartphone et tablettes, le trafic des données mobiles ne cesse de s’accroitre d’année en année (+60 %). Des nouveaux besoins en fréquences sont dès lors inéluctables. Le gouvernement a donc décidé de transférer la bande des 700 MHz (utilisée jusqu’à maintenant pour la diffusion des services de la télévision numérique terrestre (TNT)) pour laisser la place aux données mobiles.

Ce transfert implique une évolution des normes de la TNT, avec l’arrêt de la norme

MPEG-2 et la généralisation de la norme MPEG-4, plus récente et plus efficace, qui utilise moins de fréquences pour diffuser le même nombre de chaînes. Cela conduira également à une amélioration globale de la qualité d’image.

L’arrêt de la diffusion en MPEG2 (SD) aura lieu dans la nuit du 04 au 05 Avril 2016, le moment est donc venu de vérifier votre équipement !

Qui est concerné par cet arrêt ?

En tant que camping-cariste, vous devrez mettre à jour votre équipement si vous êtes équipés :

  • d’une Antenne Hertzienne et d’une TV avec décodeur SD
  • d’une Antenne Satellite Manuelle ou Automatique équipée d’un démodulateur SD
  • d’une Antenne Satellite Automatique avec module de recherche ancienne génération
  • de modèle ALDEN AIO SD ou Démo ALDEN SD qui pilote ou non l’antenne.

Que faire pour ne pas avoir d’écran noir ?

Pas de panique, vous n’aurez pas à changer tout votre équipement !

Vous pouvez conserver votre antenne satellite et votre télévision même si celles-ci n’est pas compatibles HD. Vous aurez simplement à changer votre démodulateur !

N’attendez pas, prenez RDV dès à présent avec nos équipes pour un diagnostic de vos besoins pour ne pas avoir d’écran noir en avril.

Les élémentaires en camping-car

Pour faciliter votre séjour, voici quelques règles élémentaires à respecter pour le bon fonctionnement de votre véhicule :

AU DEPART :

Avant démarrage du moteur :

  • Faire le tour du véhicule pour constater si rien n'est oublié dehors (sièges, ballons, etc…)
  • Fermer toutes les baies et lanterneaux
  • Fermer et verrouiller tous les placards et le réfrigérateur
  • Débrancher l'alimentation 220V terre (si branchée)
  • Mettre le réfrigérateur sur 12 V (si pas automatique)
  • Couper chauffage et eau chaude (si pas de système de sécurité gaz en roulant)
  • Contrôler au tableau électrique l'ampérage batterie moteur et cellule
  • Couper l'alimentation 12 V au tableau électrique général
  • Contrôler visuellement le moteur et les niveaux
  • Contrôler visuellement si présence d'éventuelles tâches au sol sous le camping-car
  • Fermer la bouteille de gaz (si pas de système de sécurité gaz en roulant)
  • Vérifier que l’antenne TV est bien repliée

Après démarrage du moteur :

  • Ranger les cales ou les plaques de désensablement
  • Contrôler que le marchepied est bien rentré
  • Vérifier le fonctionnement de la caméra de recul en embrayant la marche arrière
  • Remettre en fonction l'alimentation 12 V au tableau électrique et couper l'alimentation en eau
  • Contrôler le fonctionnement de tous les feux du véhicule
  • Mettre le chauffage route si le véhicule en est équipé et si besoin

A L’ARRIVEE :

Avant de couper le moteur :

  • Se garer d'aplomb sur les cales ou les plaques de désensablement

Après coupure du moteur :

  • Contrôler visuellement d'éventuelles tâches au sol sous le camping-car
  • Ouvrir la bouteille de gaz (si pas de système de sécurité de gaz en roulant)
  • Allumer tableau 12 V et toutes les fonctions
  • Mettre le réfrigérateur sur gaz (si pas de système automatique)
  • Contrôler l'allumage frigo après 30 mn (en mettant la main devant l'évacuation gaz, effet chaleur)
  • Contrôler le niveau des batteries cellules et moteur
  • Contrôler le niveau des eaux usées et propres
  • Mettre le marchepied
  • Mettre le chauffage/eau chaude si besoin

CONTROLER QUE VOUS N’ETES PAS GARE SUR UN PARKING :

  • Où il y a marché le lendemain
  • Où il y a une "boîte de nuit proche"
  • Où il y a une barre de hauteur ouvert provisoirement
  • Où il y a une interdiction affichée par un panneau (légal ou non…)

BONNE ROUTE…..

Procédure de mise à jour TNT SAT

  1. Dans un premier temps, caler l'antenne c'est-à-dire qu'il faut qu'elle soit ouverte et en position pour capter les chaines
  2. Puis, éteindre et rallumer le démodulateur aux dates indiquées (voir planning ci dessous )
  3. La mise à jour sera détectée automatiquement : un message apparaitra pour valider le lancement de la mise à jour.

Pour information, toute mise à jour du démodulateur demandée en concession sera facturée : 50 € TTC pour les clients détenteurs de la carte Ypo Camp et 55 € TTC pour les clients sans carte.

Vous trouverez ci dessous le planning des mises à jour TNT SAT par modèle :

Semaines paires

Lundi

Marque / Modèle Version
SERVIMAT TSV6000 2.20
METRONIC 441631 2.2

Mardi

Marque / Modèle Version
VISIOSAT TSV7500 02.02.09
VISIOSAT TSV7600 02.02.09

Mercredi

Marque / Modèle Version
PACE DSR2020 5.00.1.01
PACE DSR5020 8.20.01:1

Jeudi, vendredi, samedi et dimanche

Marque / Modèle Version
ASTON SIMBA HD 03.00.30
AXIL RS3230 2.30
AXIL RS3232 1.9
BALMET 9960 1.20
BALMET 9965 2.20
ELAP OSMOSE 1.20
Elap STRATOS HD 2.20
ESSENTIAL B GENIUS HD 5.3
FUjionkyo F8000 2.2
FUJIONKYO F8001 1.6
FUJIONKYO F8005 2.30
FUJIONKYO F8200 1.9
FUJIONKYO F8400 HD 1.8
HUMAX TN5000HD 1.07
HUMAX TN5050HD 1.02
IKUSI 5312 2.30
MEDIASYSTEM M5000 1.6
MEDIASYSTEM M5200 1.9
MEDIASYSTEM M6000 2.30
NEOVIA SB100 1.20
OPTEX ORS9950 1.20
OPTEX ORS9970 2.20
PANASONIC DMR-PST500 1.29
SAGEM BPRSI88 1.29
SAGEM DS77 3.0
SAGEM DTR94160S 5.9.6
SAGEM ISD91 5.9.6
SEDEA S1000 1.6
SERVIMAT TSV6500HD 1.6
STRONG 6410 2.2
STRONG THS800 1.8
STRONG 6420 2.2
STRONG SRT 7417 1.8
STRONG SRT7400 5.3
STRONG SRT6415 1.6
TECHNISAT TECHNIBOX HD VA 1.30
TECHWOOD RS285 2.30
TECHWOOD RS485 1.9
TEKCOMM TCT1400 2.2
TELEFUNKEN TDSC100 2.30
TELEFUNKEN TDSC120B 1.9
TONNA IONIS HD 2.20
TONNA PHOENIX 1.20
VISIOSAT TVS 7600 02.02.09
VISIOSAT TVS 7500 02.02.09

Semaines impaires

Lundi

Marque / Modèle Version
ENGEL RS3200 3.01.01

Mardi

Marque / Modèle Version
CGV PREMIOSAT SD 1.02.12
CGV PREMIOSAT HD W 1.52

Mercredi

Marque / Modèle Version
TRIAX TSR 9000/LENSON LD 9000 1.12
TRIAX TSR 9010/LENSON LD 9010 1.13
TRIAX TSR 9500/LENSON LD 9500 1.28.00

Jeudi, vendredi, samedi, dimanche

Marque / Modèle Version
SAGEM ISD91 5.9.6
BALMET 9960 1.20
BALMET 9965 2.20
BALMET 9975 1.30
ELAP OSMOSE 1.20
Elap STRATOS HD 2.20
ESSENTIAL B GENIUS HD 5.3
FUjionkyo F8000 2.2
FUJIONKYO F8001 1.6
FUJIONKYO F8400 HD 1.8
HUMAX TN5050HD 1.02
MEDIASYSTEM M5000 1.6
NEOVIA SB100 1.20
OPTEX ORS9950 1.20
OPTEX ORS9970 2.20
OPTEX ORS9972 1.30
SAGEM DS77 3.0
SAGEM DS86 5.8.5
SAGEM DS87 5.8.5
SAGEM DSI89 0.56
SAGEM DTR94160S 5.9.6
SAGEM ISD74 5.9
SAGEM ISD75 5.9
SEDEA S1000 1.6
STRONG 6410 2.2
STRONG SRT7400 5.3
STRONG THS800 1.8
STRONG 6420 2.2
STRONG SRT 7417 1.8
STRONG SRT7415 1.7
STRONG THS 1.6
STRONG TSR400 1.6
STRONG SRT6415 1.6
TEKCOMM TCT1400 2.2
TONNA IONIS HD 2.20
TONNA PHOENIX 1.20
VISIOSAT TVS 7500 02.02.09
VISIOSAT TVS 7600 02.02.09

Les permis des camping-cars

Nul ne peut conduire un véhicule ou un ensemble de véhicules, pour la conduite duquel le permis de conduire est exigé par le présent code, s'il n'est titulaire de la catégorie correspondante du permis de conduire en état de validité et s'il ne respecte les restrictions d'usage mentionnées sur ce titre.
Les permis de conduire comportant les catégories A1, A2, A, B, B1 et BE du permis de conduire ont une durée de validité de quinze ans à compter de leur délivrance, sous réserve des dispositions de l'article R. 221-10 ;
Sous la même réserve, les permis de conduire comportant les catégories C, CE, C1, C1E, D, DE, D1 et D1E ont une durée de validité de cinq ans.
La date limite de validité est inscrite sur le titre de conduite.

CATEGORIES DE PERMIS :

Catégorie A1 – 16 ans

Motocyclettes avec ou sans side-car, d'une cylindrée maximale de 125 cm ³, d'une puissance n'excédant pas 11 kilowatts et dont le rapport puissance/ poids ne dépasse pas 0,1 kilowatt par kilogramme ;
Tricycles à moteur d'une puissance maximale de 15 kilowatts.

Catégorie A2 – 18 ans

Motocyclettes avec ou sans side-car d'une puissance n'excédant pas 35 kilowatts et dont le rapport puissance/ poids n'excède pas 0,2 kilowatt par kilogramme. La puissance ne peut résulter du bridage d'un véhicule développant plus de 70 kW.

Catégorie A – 24 ans

Motocyclettes avec ou sans side-car ;
Tricycles à moteur d'une puissance supérieure à 15 kilowatts.

Catégorie B1 – 16 ans

Véhicules de la catégorie L7e.

Catégorie B – 18 ans

Véhicules automobiles ayant un poids total autorisé en charge (PTAC) qui n'excède pas 3,5 tonnes, affectés au transport de personnes ou de marchandises, conçus et construits pour le transport de huit passagers au maximum non compris le conducteur ainsi que les véhicules qui peuvent être assimilés aux véhicules précédents et dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de la sécurité routière.
Véhicules mentionnés à l'alinéa précédent attelés d'une remorque lorsque le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est inférieur ou égal à 750 kilogrammes.
Mêmes véhicules attelés d'une remorque lorsque le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est supérieur à 750 kilogrammes, sous réserve que la somme des poids totaux autorisés en charge (PTAC) du véhicule tracteur et de la remorque de l'ensemble n'excède pas 4 250 kilogrammes.

Catégorie B – 79

Ensemble composé d'un véhicule tracteur relevant de la catégorie B du permis de conduire auquel est attelée une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est supérieur à 750 kilogrammes, lorsque la somme des PTAC du véhicule tracteur et de la remorque est supérieure à 3 500 kilogrammes sans excéder 4 250 kilogrammes

Catégorie BE :

Véhicules relevant de la catégorie B auxquels est attelée une remorque ou une semi-remorque qui a un poids total autorisé en charge (PTAC) n'excédant pas 3 500 kilogrammes lorsque l'ensemble formé par le véhicule tracteur et la remorque ne relève pas de la catégorie B.

Catégorie C1 – 18 ans

Véhicules automobiles autres que ceux de la catégorie D et D1 dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est supérieur à 3 500 kilogrammes sans excéder 7 500 kilogrammes et qui sont conçus et construits pour le transport de huit passagers au plus outre le conducteur.
Aux véhicules de cette catégorie peut être attelée une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n'excède pas 750 kilogrammes.

Catégorie C – 21 ans

Véhicules automobiles autres que ceux des catégories D et D1, dont le poids total autorisé en charge (PTAC) excède 3,5 tonnes et qui sont conçus et construits pour le transport de huit passagers au plus outre le conducteur.
Aux véhicules de cette catégorie peut être attelée une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n'excède pas 750 kilogrammes.

Catégorie D1 – 21 ans

Véhicules automobiles conçus et construits pour le transport de seize passagers au maximum non compris le conducteur et d'une longueur n'excédant pas huit mètres.
Aux véhicules de cette catégorie peut être attelée une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n'excède pas 750 kilogrammes.

Catégorie D – 24 ans

Véhicules automobiles conçus et construits pour le transport de plus de huit passagers, non compris le conducteur.
Aux véhicules de cette catégorie peut être attelée une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n'excède pas 750 kilogrammes.

Catégorie BE – 18 ans

Véhicules relevant de la catégorie B auxquels est attelée une remorque ou une semi-remorque qui a un poids total autorisé en charge (PTAC) n'excédant pas 3 500 kilogrammes lorsque l'ensemble formé par le véhicule tracteur et la remorque ne relève pas de la catégorie B.

Catégorie C1E – 18 ans

Véhicules relevant de la catégorie C1 attelés d'une remorque ou d'une semi-remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) excède 750 kilogrammes ;
Véhicules relevant de la catégorie B attelés d'une remorque ou d'une semi-remorque dont le poids total autorisé en charge excède 3 500 kilogrammes.
Le poids total roulant autorisé des ensembles de véhicules relevant de la catégorie C1E ne peut excéder 12 000 kilogrammes.

Catégorie CE – 21 ans

Véhicules relevant de la catégorie C attelés d'une remorque ou d'une semi-remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) excède 750 kilogrammes.

Catégorie D1E – 21 ans

Véhicules relevant de la catégorie D1 attelés d'une remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) excède 750 kilogrammes.

Catégorie DE – 21 ans

Véhicules relevant de la catégorie D attelés d'une remorque dont le poids total autorisé en charge excède 750 kilogrammes.

Sources disponibles ici

Sur le site de notre partenaire ECF, vous avez un outil qui permet de vérifier de quel permis de conduire un conducteur doit disposer en fonction des véhicules, en se servant des cartes grises.

Le permis B et le camping car poids lourd

Espace de vie généreux, confort haut de gamme, nouvelles implantations avec lit central arrière, augmentation significative de la charge utile... Les camping-cars poids lourds ne manquent pas d’arguments pour séduire un public de plus en plus large !

Vous aussi, vous avez des envies de grandeur, mais ne disposez que d’un permis B ? Qu’à cela ne tienne, avec un permis B obtenu avant le 20 janvier 1975, vous pouvez désormais conduire en toute légalité un véhicule de PTAC (Poids Total Autorisé en Charge) de plus de 3,5 tonnes, destiné au transport de personnes.

Ce que dit la législation :

Dans le cadre des réceptions communautaires des véhicules, la directive 70/156/CEE remplacée par la directive 2007/46/CE, classe le camping-car dans la catégorie internationale M1, à savoir transport de personnes. Depuis 2004, le nouveau certificat d’immatriculation harmonisé dans le cadre de la directive 99/37/CE comporte d’ailleurs cette catégorie dans la rubrique J (catégorie internationale). En conséquence, la circulaire du 21 août 2006, qui indiquait que le camping-car était exclu du bénéfice de l’arrêté du 8 février 1999 (qui permettait aux titulaires du permis B antérieur au 20 janvier 1975 de conduire un véhicule de transport de personnes d’un poids supérieur à 3,5 tonnes) est caduque.

Au volant d’un véhicule de PTAC supérieur à 3,5 tonnes, suis-je dans mon droit ?

OUI, si je respecte les trois conditions suivantes :

  • j’ai obtenu mon permis B avant le 20 janvier 1975
  • je respecte le PTAC, même supérieur à 3,5 tonnes
  • le véhicule est destiné au transport de personnes

NON, si je me trouve dans l’un des trois cas suivants :

  • j’ai obtenu mon permis B après le 20 janvier 1975
  • mon camping car est en surcharge par rapport à son PTAC
  • le véhicule que je conduis est un camion de chantier (non destiné au transport de personnes)

Les différentes catégories de camping car

Quelle catégorie de camping-car vous correspond le mieux ?

Vous voulez acheter un camping-car et vous découvrez qu’il en existe plusieurs catégories : capucine, profilé, intégral ou fourgon, lequel choisir ? Cela dépend avant tout de l’utilisation que vous comptez en faire : nombre de personnes, circuit envisagé , saison d’utilisation...Ypo Camp fait le point sur les avantages et inconvénients des uns et des autres :

CAPUCINE

Le camping-car capucine possède une zone de couchage au dessus de la cabine de conduite.

Avantages :

Jusqu’à 7 couchages pour un encombrement au sol limité

Inconvénients :

Camping car relativement imposant

Conclusion :

Le camping-car capucine est idéal pour un usage familial, à condition de s’assurer que le nombre de places indiqué sur la carte grise corresponde bien au nombre de couchage permis.

INTÉGRAL

Le camping car intégral possède une cabine de conduite «intégrée» à la cellule de vie.

Avantages :

Richesse des équipements

Peut posséder un couchage supplémentaire sur vérins au dessus de la cabine de conduite

Inconvénients :

Attention au gabarit imposant : largeur et porte-à-faux arrière

Conclusion :

Luxueux et spacieux, le camping-car intégral offre un véritable espace salon à l’étape. C’est le camping - car des couples voyageant seuls mais qui aiment recevoir !

PROFILÉ

Le camping car profilé privilégie un design aérodynamique.

Avantages :

Camping car de faible gabarit

Inconvénient :

Le lit d’appoint nécessite une manipulation de dinette

Conclusion :

Idéal pour deux personnes, le camping-car profilé peut autoriser une utilisation à quatre.

FOURGON (ou mini-van)

Le fourgon aménagé conserve la carrosserie d’origine du véhicule, avec quelques ouvertures supplémentaires.

Avantages :

Maniable et rapide, le fourgon permet de se déplacer aisément dans les villes et de stationner parmi les voitures de tourisme.

Inconvénients :

Ses dimensions intérieures limitent l’espace de vie.

Conclusion :

Le fourgon aménagé ou mini-van est très apprécié des couples grands voyageurs qui savent se contenter du minimum.

Rappel : quel que soit votre choix, respectez la législation en vigueur :

  • 1 personne = 1 place carte grise = 1 ceinture
  • Pour les places dos à la route, les ceintures de sécurité ne sont pas obligatoires.

En conclusion,

  • Pas plus de 9 personnes dans un camping-car (au-delà, c’est un permis transport en commun qu'il faut)
  • Le conducteur doit être en permanence en mesure d’effectuer les manœuvres afférentes au véhicule
  • Ne pas dépasser le PTAC
  • Places face route ou latérales avec ceinture obligatoire (depuis 2006 )
  • Places dos à la route sans ceinture autorisées

Ecolo camping car

Gros rouleur, adepte du stationnement libre, le camping- cariste est souvent montré du doigt pour son non-respect supposé de l’environnement. En 7 points, tordons ici le cou à quelques idées reçues.

Les besoins énergétiques du camping-car et sa consommation en carburant génèrent d’importants rejets ?

Vrai et faux : le carburant du véhicule a l’inconvénient de rejeter des particules, les nouveaux carburants bio (certains constructeurs envisagent déjà des moteurs hybrides diesel/ électricité) permettent de réduire sensiblement ces rejets. En revanche, le chauffage, la production d’eau chaude, la plaque de cuisson et le réfrigérateur fonctionnent généralement au gaz propane réputé pour n’avoir aucun rejet nuisible pour l’environnement.

Le camping-car est peu autonome en énergie et en eau ?

Faux : aujourd’hui, la plupart des camping-cars sont équipés de panneaux solaires qui produisent l’électricité destinée à recharger ses batteries. Et lorsque le véhicule se déplace, l’électricité fournie par l’alternateur est également utilisée pour recharger les batteries.

... et vrai, mais : si la quantité d’eau potable disponible dans le réservoir est limitée, le camping-cariste est habitué à l’économiser et reporte ses habitudes de consommation réduite à son domicile.

Le camping-cariste pratique le camping sauvage ?

Faux : il ne faut pas confondre “camping sauvage” et “stationnement libre” : les camping-cars sont - théoriquement - autorisés à stationner où bon leur semble à la seule condition qu’aucun élément de marche-pied) ne soit déplié sur la chaussée. La pratique serait alors assimilée à du camping sauvage et sanctionnée par les autorités. Donc à leur domicile, ni énergie pour le chauffage, ni eau... ?

Les produits nécessaires à la fabrication, l’utilisation et l’entretien d’un camping-car sont nocifs ?

Faux : si les panneaux de bois utilisés pour l’aménagement intérieur du camping-car contiennent toujours des liants, les produits de traitement les plus toxiques comme le PCP (Pentachlorophénol) ou le lindane en sont désormais bannis. Par ailleurs, votre concessionnaire YPO CAMP saura vous conseiller sur les solutions WC-cassettes et les produits d’entretien intérieur/extérieur les plus écologiques.

Le camping-cariste est peu respectueux de l’environnement ?

Faux : les valeurs fondamentales qui animent le camping-cariste l’environnement : plus économique que la plupart des autres formes de tourisme, son mode d’accès à la liberté le place d’emblée au contact de la nature dont il devient ardent défenseur. Avec pour règle d’or, celle de ne laisser aucune trace de son passage, toujours éphémère...

Le camping-car est plus polluant que l’automobile ?

Vrai, mais : plus gourmand aussi que le train ou l’autobus sur la route bicyclette ou au scooter à l’étape, plus économique en carburant ou en émissions de CO2.

Utiliser un camping-car n’est pas écologique ?

Vrai, mais : il est aussi évident qu’un camping-car ne s’use que si l’on s’en rappeler, que lorsque le camping- car est “de sortie”, ses occupants ne sont pas chez eux et ne consomment donc à leur domicile, ni énergie pour le chauffage, ni eau... ?

 

Au final, le camping-car est une petite unité de vie autonome qui démontre que l’on peut vivre avec peu d’énergie !

L'hivernage

L'hivernage d'un camping car

Pour éviter les déconvenues (toujours contrariantes et parfois coûteuses) lors de la remise en service de votre camping-car, pensez à quelques gestes simples lorsque la bise sera venue...

Assécher le circuit d’eau :

  • ouvrir toutes les vannes (réservoir, boiler, eaux usées )
  • laisser tous les robinets ouverts
  • faire fonctionner la pompe à eau jusqu’à la dernière goutte sans en refermer les robinets.

Purger les bouteilles de gaz :

  • avant utilisation, purger les bouteilles de gaz permet d’éliminer les résidus huileux risquant d’altérer le fonctionnement des appareils fonctionnant au gaz.

Entretenir le véhicule avant de le remiser :

  • siliconer les joints caoutchouc des portes
  • laisser une ventilation suffisante dans la cellule (baie sur position aération, grilles de ventilation ouvertes, etc.)
  • dans les régions humides, placer un absorbeur d’humidité pour éviter les moisissures suite à une condensation sur les parois
  • soulager les suspensions avec un calage
  • contrôlez la pression des pneumatiques.
  • ne jamais utiliser d’alcool à brûler ou de produits abrasifs pour le nettoyage des baies
  • bien laver la carrosserie avant d’entreposer le véhicule dans un garage
  • à l’extérieur, poser une bâche dessus afin d’accumuler la condensation et l’humidité.